approbateur


approbateur

approbateur, trice [ aprɔbatɶr, tris ] n. et adj.
• 1534; lat. approbator
1Littér. Personne qui approuve (qqch.). « Les femmes furent au XVIII e s. les ferventes approbatrices de toutes les nouveautés » (Lanson).
2 Adj. Cour. « Un vote approbateur » (Robida). Geste, murmure, sourire approbateur. approbatif, favorable. Un silence approbateur. consentant (cf. Qui ne dit mot consent).
⊗ CONTR. Dénigreur, détracteur, improbateur. 2. Critique, désapprobateur.

approbateur, approbatrice nom (latin approbator) Personne qui approuve. ● approbateur, approbatrice (synonymes) nom (latin approbator) Personne qui approuve.
Contraires :
- détracteur
approbateur, approbatrice adjectif Qui témoigne d'une approbation : Sourire approbateur.approbateur, approbatrice (synonymes) adjectif Qui témoigne d'une approbation
Synonymes :

approbateur, trice
adj. (et n.) Qui marque l'approbation. Murmure approbateur.

⇒APPROBATEUR, TRICE, subst. et adj.
I.— Substantif
A.— Celui, celle qui approuve :
1. Comme toujours, il y avait à cette question deux réponses : celle des malveillants, celle des approbateurs. — Ferroz, disaient les premiers, ambitionnait de finir en personnage curulaire, installé dans un fauteuil du Luxembourg; il gravissait patiemment l'échelon inférieur, obligatoire en un temps où le Sénat ne se recrute guère que parmi les stagiaires de la chambre basse. — Non, répliquaient les seconds; n'ayant plus rien à apprendre dans les cliniques, l'éminent professeur avait voulu consommer son expérience, étudier dans les assemblées certains phénomènes collectifs de psychologie et de physiologie.
DE VOGÜÉ, Les Morts qui parlent, 1899, p. 192.
B.— Spéc., subst. masc., HIST. Censeur qui donnait. l'approbation officielle à un ouvrage avant son impression :
2. L'auteur avait eu peine d'abord à trouver un approbateur qui se sentît compétent sur des matières aussi nouvelles. L'abbé de Saint-Jacques, fils du chancelier d'Aligre, et qui n'était sorti de son abbaye, où il vivait en pénitent à Provins, que pour soulager la vieillesse de son père, lut lui-même, dit-on, le manuscrit du père Malebranche et en expédia le privilège gratis avec empressement (1674).
SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 5, 1859, p. 202.
II.— Adjectif
A.— [S'applique à des pers.] Qui approuve :
3. Un digne évêque, monseigneur de Bazas, qui de son nom était Litolfi Maroni de Suzarre, d'une ancienne famille de Mantoue, touché par la lecture (toujours) du livre de La fréquente communion, dont il était un des prélats approbateurs, vint faire une retraite à Port-Royal des Champs, où il n'y avait encore que cinq ou six personnes.
SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 2, 1842, p. 237.
4. Enfin, je suis arrivée devant l'école, croulante de lassitude et rentrée dans mon bon sens, c'est-à-dire — après m'être brisée à lessiver, à frotter — devenue sage, molle, sans idée, approbatrice.
L. FRAPIÉ, La Maternelle, 1904, p. 299.
B.— [S'applique à des choses (surtout à des subst. masc. exprimant une idée de signe)] Qui marque l'approbation. Synon. de approbatif A :
5. ... s'approchant de l'orang : « Eh bien, mon garçon, lui demanda-t-il, comment cela va-t-il? » L'orang répondit par un petit grognement qui ne dénotait pas trop de mauvaise humeur. « Nous voulons donc faire partie de la colonie? demanda le marin. Nous allons donc entrer au service de M. Cyrus Smith? » Nouveau grognement approbateur du singe. « Et nous nous contenterons de notre nourriture pour tout gage? » Troisième grognement affirmatif.
VERNE, L'Île mystérieuse, 1874, p. 269.
6. L'adulation dont il a été l'objet, tant à Tunis qu'à Alger, a laissé quelques traces. Il est plus que jamais centré sur lui-même. Écouté avec déférence, pendant trois ans, par des amis à sa dévotion et plus jeunes que lui, il a perdu l'habitude du dialogue; il s'est accoutumé à suivre sa pensée sans qu'on l'interrompe, et à l'exprimer dans un silence approbateur.
R. MARTIN DU GARD, Notes sur André Gide, 1951, p. 1418.
SYNT. Air approbateur; hochements, signes de tête, murmure, regard(s), sourires approbateurs.
C.— Rare, DR. [En parlant d'un acte p. oppos. au signe (cf. approbatif)] Qui approuve, rend exécutoire :
7. Assurément, l'immoralité démocratique tient d'abord au régime des assemblées, au gouvernement collectif, car l'initiative, le contrôle approbateur ou réprobateur, y sont divisés entre tant de têtes qu'aucune d'elles n'en supporte le vrai poids. Il ne peut exister de véritable responsabilité gouvernementale sans gouvernement personnel où la resserrer.
MAURRAS, Kiel et Tanger, 1914, p. XXXI.
PRONONC. :[], fém. [-].
ÉTYMOL. ET HIST.
A.— 1534 subst. masc. (G. MICHEL, Antiq. des Juifz, 165 r° ds QUEM. : Grenius estoit ordonné censeur du peuple par Cesar et approbateur de chascune sentence); spéc. 1694 (Ac. : On appelle plus particulièrement Approbateur, Un Docteur qui a donné son approbation publique à un livre, à un ouvrage); 1704 subst. fém. (Trév.).
B.— 1835 adj. « qui approuve par quelque témoignage d'estime » (Ac.).
Empr. au lat. approbator « id. » (CICÉRON, Att., 16, 7, 2 ds TLL s.v., 310, 24).
STAT. — Fréq. abs. littér. :79.
BBG. — LEP. 1948. — ST-EDME t. 1 1824.

approbateur, trice [apʀɔbatœʀ, tʀis] n. et adj.
ÉTYM. 1534; lat. approbator, de approbare. → Approuver.
———
I N.
1 Littér. Personne qui approuve. || Un approbateur sincère, fervent. Appréciateur. || Un approbateur servile. Adulateur, applaudisseur, flatteur, louangeur. || Un approbateur emphatique. Bénisseur. || Un approbateur trop complaisant, qui dit amen à tout. Cf. l'expr. algérienne béni-oui-oui, l'anglais yes-man; aussi le yiddish américain allrightnick. || L'approbateur de qqn.L'approbatrice d'une politique.
1 Le plus mauvais plaisant eut ses approbateurs.
Boileau, l'Art poétique, I, 89.
2 L'approbateur du médisant devient son complice.
Fléchier, Sermons, I, 233.
3 Quelle surprise agréable pour les pécheurs de le trouver (le mauvais prêtre) non seulement spectateur tranquille, mais approbateur public et complice par ses mœurs de leurs désordres.
Massillon, Confér., Bon exemple, in Littré.
4 Les femmes furent au XVIIIe siècle les ferventes approbatrices de toutes les nouveautés.
Gustave Lanson, Cours inédit.
2 Hist. Employé de la censure ( Censeur) chargé de délivrer l'approbation avant impression.
———
II Adj.
1 Rare (personnes). Qui approuve. || Une assistance très approbatrice.
2 Cour. || Geste, murmure, sourire approbateur. Affirmatif, approbatif, favorable. || Un silence approbateur. Consentant. || Une moue approbatrice.
4.1 Enfin la séance s'acheva (…) et l'Académie, après un vote approbateur, rentra dans ses bureaux pour travailler avec ardeur à la confection du fameux dictionnaire, déjà poussé jusqu'à la lettre C.
A. Robida, le Vingtième Siècle, p. 206.
5 Un geste approbateur approuve, et est fait à dessein dans une circonstance particulière, afin d'approuver; un geste approbatif a la propriété de signifier l'approbation dans toutes les circonstances (…) il ne marque pas le fait, mais le pouvoir.
Lafaye, Dict. des synonymes, Auditeurs, écoutants; spectateurs, regardants.
CONTR. Contradicteur, critique, dénigreur, dépréciateur, désapprobateur, détracteur, improbateur, objecteur, opposant, réfutateur, réprobateur, siffleur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • approbateur — approbateur, trice (a pro ba teur, tri s ) 1°   S. m. et f. Celui, celle qui approuve une chose. •   L approbateur du médisant devient son complice, FLÉCH. Serm. I, 233. •   Quelle surprise agréable pour les pécheurs de le trouver [le mauvais… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • approbateur — APPROBATEUR, TRICE. subst. Celui ou celle qui approuve par quelque témoignage d estime. Il est surtout d usage au masculin. Une pareille conduite n aura guère d approbateurs. Elle est grande approbatrice de tout ce qui est nouveau. [b]f♛/b] On… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • approbateur — Approbateur. s. m. v. Celuy qui approuve par quelque tesmoignage d estime. C est un ouvrage qui a de grands Approbateurs. il n a guere d Approbateurs. On appelle plus particulierement Approbateur, Un Docteur qui a donné son approbation publique à …   Dictionnaire de l'Académie française

  • APPROBATEUR — TRICE. s. Celui, celle qui approuve par quelque témoignage d estime. Il s emploie surtout au masculin. Une pareille conduite n aura guère d approbateurs. Elle est grande approbatrice de tout ce qui est nouveau.   Il s emploie quelquefois… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • APPROBATEUR, TRICE — n. Celui, celle qui approuve par quelque témoignage d’estime. Une pareille conduite n’aura guère d’approbateurs. Elle est grande approbatrice de tout ce qui est nouveau. Il s’appose quelquefois à un nom avec la valeur d’un adjectif. Un murmure… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • approbatrice — ● approbateur, approbatrice nom (latin approbator) Personne qui approuve. ● approbateur, approbatrice (synonymes) nom (latin approbator) Personne qui approuve. Contraires …   Encyclopédie Universelle

  • approbatif — approbatif, ive [ aprɔbatif, iv ] adj. • 1561; bas lat. approbativus, de approbare « approuver » ♦ Qui marque, exprime l approbation. « Le diplomate et M. Dambreuse lui firent un signe de tête approbatif » (Flaubert). ⇒ approbateur. Mention… …   Encyclopédie Universelle

  • désapprobateur — désapprobateur, trice [ dezaprɔbatɶr, tris ] adj. • 1748; de désapprouver, d apr. approbateur ♦ Qui désapprouve, marque la désapprobation. ⇒ improbateur, réprobateur. Air, murmure, ton désapprobateur. ⊗ CONTR. Approbateur. ● désapprobateur,… …   Encyclopédie Universelle

  • improbateur — improbateur, trice [ ɛ̃prɔbatɶr, tris ] n. et adj. • av. 1654; lat. improbator ♦ Vx 1 ♦ Personne qui désapprouve. 2 ♦ Adj. (XVIIIe) ⇒ désapprobateur, réprobateur. « Le maire avait un air improbateur et sévère » (Balzac). On dit aussi IMPROBATIF,… …   Encyclopédie Universelle

  • approuver — [ apruve ] v. tr. <conjug. : 1> • approver « prouver, démontrer » fin XIIe; sens mod. au XIIIe; lat. approbare, de ad et probare → preuve 1 ♦ Donner son accord à (qqch.). ⇒ approbation. Elle a approuvé les actes que le mandataire a passés… …   Encyclopédie Universelle